Champ sapinNombreux sont ceux qui ont pris le temps de répondre au sondage en première page de TheWineSpirit afin de savoir ce que vous alliez déguster pour les fêtes de Noël. Une grande majorité a bien évidemment cliqué sur le champagne (70%). Mais 60% d’entre vous prendront aussi du vin rouge millésimé. Enfin, sachez que sur les 20 sondés (c’est combien déjà un échantillon représentatif ?), 5 déclarent qu’ils ne boiront rien car ils n’aiment pas Noël. A ceux-là je réponds : réjouissez-vous frères, la fin est proche … je parle de l’année bien sûr !!

TheWineSpirit a donc décidé de vous guider en cette fin d’année pour ne pas commettre l’irréparable sur vos accords mets-vins lors de vos somptueux repas. Ainsi, nous avons sélectionné plusieurs plats susceptibles d’atterrir sur vos tables et nous vous proposons une suggestion d’accord pour les accompagner :

Les huitres : On prendra en général un vin blanc sec. La référence : un Muscadet Sèvre et Maine élevé sur lie (il est frais et vivace) en général jeune (pas plus de 3 ans) chez votre caviste entre 5 et 10 euros. Vous pouvez aussi prendre un Sancerre : le sauvignon blanc et ses saveurs de citron accompagnent bien les huitres. Enfin si vous voulez épater la galerie et faire péter le portefeuille, vous pourrez les marier avec du Champagne (Brut bien évidemment)

Le saumon fumé : Là c’est simple : saumon fumé = Pouilly Fumé. C’est très facile à retenir. Vous pourrez aussi proposer des vins de Loire comme le Vouvray ou le Montlouis sec

Foie grasLe foie gras : Alors là c’est plus que compliqué. En général, on ne sert pas de vin sucré en début de repas. Cependant l’accord foie gras – vin moelleux reste un must. Du coup que faire ? Vous pouvez supprimer le foie gras : pas très marrant. Le mettre juste avant le dessert : original, en accord avec la philosophie de la dégustation des vins mais pour votre Mamie, 89 ans, elle ne va rien comprendre et reprendra de la dinde après son foie gras. D’autres ont tenté, avec succès, de marier le foie gras au vin rouge : oui mais de préférence un Grand Cru Classé de Bordeaux d’au moins 15 ans avec des tannins déjà fondus (Et là c’est plus le portefeuille qui explose, c’est le livret A). Dernière proposition : le fondant du foie gras peut se marier aussi avec un vin blanc assez dense comme un Savennières ou un Montlouis sec. Mais là aussi, le prendre avec au moins 5 ans. Moi, ce que je vais encore faire cette année c’est prendre un moelleux et proposer, après l’assiette de foie gras, un petit bout de pain et un grand verre d’eau pour remettre la bouche d’aplomb avant le plat de résistance. Donc une fois de plus, cette année je plébiscite dans l’ordre Riesling vendanges tardives, un Vouvray ou un Sauternes à maturité.

Le caviar : Avec le caviar c’est vodka : c’est de notoriété publique. Mais vous pouvez aussi l’accompagner d’un champagne millésimé de grande maison : Bollinger La Grande Année ou Krug (si vous avez du caviar dans votre assiette, vous pouvez vous payer du Krug non ??)

Les coquilles St Jacques gratinées : Un vin blanc toujours mais cette fois-ci moins acide. Un Montlouis sec ou un vin de bourgogne (Montagny, Meursault).

La volaille de Noël : fourrée aux marrons, c’est un incontournable des fêtes de fin d’année. Il faut l’accompagner d’un vin tendre sur le fruit et aux tannins peu présents. On se tournera donc vers la Bourgogne où le pinot noir et sa délicatesse feront écho à la texture moelleuse et fondante de la volaille (si elle n’est pas trop cuite !): un Côte de Beaune ou Côte de Nuit en premier cru sera un excellent partenaire

Les nuggets de poulet : on ne sert pas de nuggets à Noël enfin !!!

Le boudin noir aux pommes : les pommes apportent de l’acidité au plat ainsi le vin doit avoir du corps et du bouquet avec une faible acidité. On privilégiera donc un vin de la Vallée du Rhône : un St Joseph ou un Cornas par exemple. Ou pour un budget moindre tournez-vous vers les vins du Roussillon: un Fitou ou un Corbières

fromages

 

Les Fromages : le vin rouge sur le fromage, c’est comme l’expression «malgré que» ou les conducteurs sur la voie du milieu à 130 sur l’autoroute : ça ne devrait pas exister. Ainsi on boira un Sancerre avec un chèvre, un Vouvray, un Montlouis demi-sec ou un Sauternes avec un roquefort, un Gewurztraminer vendange tardive avec un Epoisses, un champagne avec un Brie de Meaux …
 

La Buche : on est souvent en présence de bûche au chocolat. Et là vous pouvez faire preuve d’originalité en jouant la carte de l’exotisme : fréquemment plébiscité le Porto ; pas celui que votre Mamie de 89 ans prend à l’apéro, mais un vrai vin issu du cépage Pedro Ximenez. Des notes de caramel au beurre salé, de fruits mûrs qui s’allient parfaitement avec l’amertume du chocolat

La Glace : de manière générale on ira vers des vins sucrés : un Muscat de Rivesaltes, un Côteau du Layon et si vous voulez surprendre et sortir de nos frontières tentez le Moscato d’Asti, un vin blanc doux effervescent de la région du Piémont (Italie), très fruité et peu alcoolisé ou un vin de Hongrie: le Tokaji.

Et pour terminer en beauté, vous pouvez vous retirer entre hommes pour un petit digestif : récemment un ami m’a fait gouter un Cognac Louis XIII aux alentours de 3 000 euros la bouteille : j’ai gardé le verre rempli au tiers et tente de le revendre sur le Bon Coin pour payer mes impôts. Mais je crois que c’est assez bon …

 

A bientôt

 

Julien